Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 décembre 2014 7 28 /12 /décembre /2014 12:58

Bonjour

Pour savoir si l'argent intelligent va sur le risque ou en sort, j'utilise un indicateur personnel: le ratio entre la VL d'un fonds High Yield (Candriam bds euro high yield c eur acc_LU0012119607) et la VL d'un fonds en obligations d'états (Candriam bds sust euro govt c eur acc_LU0012089420).

Le high Yield est constitué d'obligations et autres titres de créances libellés en euro dont la notation des émetteurs est supérieure à B-/B3 par une des agences de notation, soit des émetteurs réputés à risque élevé.

L'obligataire d'états est constitué d'obligations et autres titres de créance libellés en euro et émis par des Etats notés au minimum BBB-/Baa3 à l'acquisition par une des agences de notation, soit des émetteurs réputés de bonne qualité.

Les deux fonds sont gérés par la même société de gestion, en Euros, depuis 1990, ce qui permet des comparaisons fiables et sur longue durée.

Pourquoi regarder ce ratio obligations à risque / obligations sans risque:

  • le marché obligataire est tenu par des professionnels, gérants obligataires, pour de grands fonds de pension, des assureurs, des fonds souverains. Il y a très peu de particuliers.L'obligataire est un marché bien plus profond que celui des actions. Les spéculateurs sur futures ont moins de poids. Les mouvements y sont plus lents et de plus longue durée. Autant dire que quand un mouvement se dessine, il s'agit d'une tendance sérieuse.
  • les gérants obligataires analysent les données fondamentales de l'économie pour orienter leur investissement vers des obligations plus ou moins risquées.
  • quand l'économie plafonne, commence à avoir des difficultés, les gérants quittent les obligations à risque (celles émises par les entreprises, en risque de défaut de paiement) pour aller vers les obligations d'état, moins rémunératrices, voire à taux quasi nul aujourd'hui, mais sans risque de perte.
  • quand l'économie cesse de se détériorer et reprend de l'allant, les gérants vendent les obligations d'états et achètent les obligations à haut rendement, plus risquées, mais pas tant que çà puisque les entreprises vont aller mieux, et bien plus rémunératrices.

En observant le ratio on voit si l'argent intelligent et bien informé va sur le risque ou en sort. Le marché action est globalement aussi l'endroit du risque, donc si le ratio baisse, il y a sortie du risque, et donc il y a ou il va y avoir sortie des actions et baisse des actions.

Pour vérifier cette affirmation, regardons ce qui s'est passé depuis 2000:

  • 1999 à mi 2000: le ratio est en retrait sur son plus haut et baisse carrément à partir de début 2000; tandis que le S&P500 monte allègrement, en bulle, et touche son plus haut en septembre. Le ratio obligataire a anticipé le retournement du marché haussier des actions avec 9 mois d'avance.
  • début 2003: le marché actions touche un second bas (double bottom) en mars 2003. Mais le ratio obligataire est en plein rebond depuis son bas de octobre 2002 et ne ralentir même pas en mars. Le ratio obligataire a anticipé le retournement du marché baissier des actions avec 6 mois d'avance.
John: attention: l'argent intelligent sort du risque
  • Juin à octobre 2007: le S&P500 fait un plus haut en octobre. Le ratio obligataire fait son plus haut en mai, baisse, reprend légèrement en octobre, mais bien en-dessous du haut de mai. Le ratio obligataire a anticipé le retournement du marché haussier des actions avec 6 mois d'avance.
  • décembre 2008 à mars 2009: le S&P plonge jusqu'en mars et rebondit. Le ratio obligataire a fait son plus bas en décembre, est bien au-dessus en mars et continue à rebondir. Le ratio obligataire a anticipé le retournement du marché baissier des actions avec 3 mois d'avance.
John: attention: l'argent intelligent sort du risque

Aujourd'hui: Le ratio obligataire a fait un plus haut en juin 2014 et baisse depuis, nettement. Le retournement du marché américain des actions devrait se produire au cours du 1er semestre 2015. En effet les corrélations précédentes portent sur le S&P500.

C'est une prévision extrapolée des anticipations précédentes. Je ne suis pas partisan des prévisions, mais plutôt d'un suivi réactif des tendances du marché, tel le fait mon algo. C'est néanmoins un warning important: il y a danger.

cordialement.

Repost 0
Publié par John
commenter cet article
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 20:05

Bonjour,

J'ai commencé à m'intéresser à la bourse en 2006, et je me suis enhardi suite à des gains rapides (avec Air rance et Crédit Agricole en particulier). Mais je souhaitais sortir du cadre français sans non plus me prendre trop la tête.

J'ai alors décidé de laisser tomber la bourse pour ouvrir une AV linxea au printemps 2007 en misant à 80% sur des UC internationales avec une optique de "Buy and Hold". Heureusement, j'ai peu investi en % de mon épargne…J'avais entendu parler des subprimes et des crédits hypothécaires aux Etats-Unis et le principe me semblait pour le moins surprenant, ce qui m'a rendu prudent.

Je me suis fait rincer à l'été 2007…-40 % sur la partie en UC de mon AV! J'ai compris que la bourse c'était pas automatique! Depuis j'ai une approche beaucoup plus prudente et je me suis fixé des règles au fur et à mesure totalement arbitraire que j'essaie de respecter:

- Jamais plus de 50% en UC (en pratique ça varie entre 20 et 40%)

- Jamais une ligne à plus de 8% du total de l'AV (c'est le cas)

- Dès qu'une ligne fait -10 % je coupe (pour suivre l'adage "on n'arrête pas un couteau qui tombe", mais en pratique j'ai vraiment du mal à respecter cette règle, j'ai toujours une ligne Brésil en souffrance…)

- Dès qu'une ligne fait +20% je solde automatiquement (pareil que pour la perte…j'ai du mal à respecter…j'ai fait +80% en 2011 ou 2012 sur les commodities et en ce moment j'ai une ligne Biotech à +30%)

- Avoir au moins 10 lignes différentes

Pour les lignes entres les bornes -10% et +20%, je suis toujours sur une stratégie de "Buy and Hold" dynamique, c'est-à-dire que j'essaie de me renseigner et de prendre des avis et des analyses sur le net (en particulier sur le site de John que je remercie pour cet outil d'aide à la décision qu'il met à notre disposition!) pour alléger ou renforcer telle ou telle ligne.

J'ai pu au cours de ces années me faire une petite liste de proverbes triviaux qui m'aident dans ma gestion personnelle:

  • "on n'arrêtes pas un couteau qui tombe" ou "Mieux vaut se couper un doigt plutôt qu’un bras"
  • le mieux est l'ennemi du bien
  • In May go away
  • Acheter au son du canon et vendre au son du violon (celui là c'est le plus dur, il faut savoir résister à l'euphorie)
  • Il ne faut pas mettre tous les œufs dans le même panier
  • Un marché mondial est synonyme d'euphorie mondiale, mais aussi de panique mondiale
  • Mieux vaut avoir tort avec le marché que raison tout seul
  • Les conseillers ne sont pas les payeurs
  • Ne jamais tomber amoureux de ses actions (ou UC pour une AV!)

J'ai pu compenser mes pertes initiales et au final aujourd'hui, sur presque 8 ans, je fais un peu mieux que le fonds €, ce qui n'est pas flamboyant, mais j'espère faire mieux!

Repost 0
Publié par Xavier
commenter cet article
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 19:51

La recherche d’alternatives
Quand le Fond Euros ne suffit plus
L’exception française, qu’est le fond euros, qui permet aux épargnants de bénéficier du
report des plus-values arrive peut-être à son terme.
Ces nombreuses années ou les compagnies d’assurance ont mis en réserve les plus-values
de leur gestion sur les marchés obligataires pour nous garantir le capital et nous assurer une
rémunération régulière arrivent à leurs limites. Après trente années de compensation de la
baisse régulière des rendements obligataires, les réserves s’épuisent, les contraintes grandissent
et les marges de manoeuvre pouvant être prises sur les marchés par les compagnies
d’assurance s’amenuisent.
Je suis persuadé qu’il est temps de réagir et pour ce faire, d’adopter une politique de
gestion sécuritaire ayant pour but de remplacer le sempiternel Fond Euros.
Mon approche est simple et repose sur le choix de fonds répondants à une principale
caractéristique, une faible volatilité. S’il est de notoriété publique que plus la volatilité est
faible, moins les écarts de rendements sont importants, peu de monde aujourd’hui utilise cet
état de fait pour se garantir un rendement cohérent.
Une fois un nombre suffisant de fonds sélectionné, il reste à établir un portefeuille ayant
une forte matrice de corrélation.
Cette approche me permet aujourd’hui d’avoir un rendement moyen à 5% depuis 2011
avec une volatilité inférieure à 3%. Si l’on oppose cette volatilité aux recommandations de
l’AMF qui définie aujourd'hui la gestion prudente par une volatilité inférieure à 6%, on
s’aperçoit qu’il est possible de se positionner dans une approche du risque qui correspond aux
investisseurs du Fond Euros, avec un rendement qui va pouvoir permettre au plus agueris de
prendre des positions plus exposées à moyen terme.
CF: Etude de portefeuille réalisée par un logiciel professionnel

Serge: Quand le Fond Euros ne suffit plus
Repost 0
Publié par Serge
commenter cet article
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 19:47

En cette fin d’année, beaucoup d’entre vous se posent peut-être la question de savoir comment ils peuvent encore investir sur 2014 afin de baisser leur impôt sur le revenu. Personnellement, je n’ai pas de problème à payer des impôts mais bien sûr si je peux optimiser de façon intelligente et solidaire alors je n’hésite pas à le faire. J’ai trouvé la solution en versant l’année dernière une partie de mon épargne à SPEAR (société pour une épargne activement responsable, http://www.spear.fr).

En versant à SPEAR, cela me permet de :
- Verser de l’argent à l’économie ‘réelle’.
- Recevoir des intérêts équivalents à ceux d’un livret A (2% en 2012, 1,25 % en 2013).
- Déduire 18% des montants versés de mon impôt sur le revenu (50 % pour ceux assujettis à l’ISF).

La seule contrainte pour profiter de cette déduction d’impôt est de s’engager à ne pas récupérer les fonds avant minimum 5 ans, ce qui me semble un délai tout à fait raisonnable.

De plus, contrairement à l’épargne participative, l’épargne n’est perdue que si la banque partenaire de SPEAR a un défaut de paiement. Concernant SPEAR, aucun risque : l’épargne est placée sur un compte à terme que SPEAR n’utilise pas pour sa gestion. Donc même si SPEAR faisait défaut, l’épargne serait tout de même remboursée.

En ce qui me concerne, j’ai planifié d’investir chaque année chez SPEAR.

Repost 0
Publié par Michael
commenter cet article
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 08:10

Votre demande d'accès ne contient pas un email valide; c'est la raison pour laquelle vous ne recevez pas vos identifiants.

cordialement

Repost 0
Publié par John
commenter cet article
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 20:00

Bonjour,

Jeune retraité, je ne suis pas un pro de la finance mais j’essaye de faire fructifier mon épargne avec plus ou moins de réussite.

Je souhaite aborder un sujet à la mode : le financement participatif sous forme de prêt direct aux entreprises. J’ai essayé de calculer la rentabilité d’un tel placement avec deux exemples :

Une société jugée « correcte » qui emprunte 36 mois à 4,30%. Pour un contribuable imposé dans la tranche des 30%, le rendement net d’impôt est de 1.24%.

Une autre société plus risquée emprunte sur 5 ans à 8%. Le rendement net d’impôt est de 2.31%, bien faible au regard du risque pris et en comparaison des performances des Fonds en € par exemple. Il est donc préconisé de réinvestir le plus rapidement possible les mensualités de remboursement, afin d’obtenir un rendement plus généreux. Ce qui veut dire qu’il faut trouver suffisamment de sociétés à financer.

L’autre nécessité, de bon sens, est de diluer le risque, en investissant sur un nombre conséquent de société. Malgré cette précaution, un défaut peut rapidement anéantir la maigre rentabilité de votre placement dans le meilleur des cas…

En conclusion, j’estime qu’il faut utiliser ce type de placement parcimonieusement, dans un cadre de diversification du patrimoine et pour avoir la satisfaction de participer à l’économie réelle.

Cordialement"


Un grand merci pour votre site
Cordialement

Repost 0
Publié par Thierry
commenter cet article
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 19:55

bonjour
j'ai 45 ans et suis tres eloigné du monde de la finance
j'ai rapidement compris que pour securiser son patrimoine il fallait diversifier ses investissements
immobilier locatif
scellier
assurance vie
pea
l'immobiler locatif:
avec les modifs de la fiscalité et en tenant compte de mon taux d'imposition , le rendement locatif apres impot est d'environ 1,5%
bref pas de quoi pavoiser
le scellier: acheté au plus haut de l'immobilier je beneficie toujours de l'avantage fiscal mais probablement compensé par le prix d'achat élevé bref c'est un investissement en cours et comme dirait mon confrère: c'est à la fin du marché qu'on compte les bouses
le pea : aidé par les journaux specialisés sur un peu plus de 10 ans mon rendement avoisine zéro
question de timing et de selectivité bien sur
l'assurance vie
enfin une good news
un investissement programmé tous les mois
de quoi lisser les fluctuations du marché et obtenir selon les contrats une plus value comprise entre 10 et 45%
bon c'est pas l'amerique surtout sur 7ans mais c'est toujours ça de gagné

Repost 0
Publié par Olivier
commenter cet article
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 20:23

Bonjour,
Procrastinateur invétéré l’algo devrait m’aider.
L’époque n’est pas forcément favorable à une gestion plus active de mes économies, mais approchant de la retraite je m’y convertis lentement en vue de léguer ou faire des donnations.
**1/3 de l’épargne est positionnée sur une obligation (TSR versant 6% de dividendes brut (4% net) se terminant en 2018) : c’est fiable.
**3/6 en diverses AV allant de la traditionnelle en euro ( en cours de rachat partiel annuel comme dans le post de Jean Luc du 13/12/2014), à gestion sous mandat ou plus récentes à gestion libre en UC. Pour ces dernières le choix inspiré de la consultation de divers portails ne peut se résumer à l’identification d’une frontière efficiente à l’instant T . Ainsi par exemple je suis rentré récemment (début octobre 2014) sur une offre très diversifiée, mais ayant arbitré en antiphase deux fois de suite je ne retrouverai pas une balance positive avant quelques mois au mieux, actuellement -10%.
**1/6 sur livrets d’épargne à positionner ( PEA ou CTO à voir).
Auparavant j’ai tenté une expérience purgative ( -15 %) auprès d’un jeune broker Canadien qui m’avait conseillé des gestionnaires de « Futures » ( L’un d’eux après recherche avait une casserole judiciaire). C’est un placement à priori liquide mais c’est lent pour sortir compte tenu des options qui sont engagées.
Ces gestionnaires ne sont pas intéressés au résultat mais facturent simplement les opérations.
J’espère donc progressivement arriver à prendre en charge les choix d’investissements plutot de style « véhicule lent » avec seulement 3 ou 4 niveaux de convolution & délais : (i) Le directoire de l’entreprise (ii) Le(s) gestionnaire(s) du fonds (pour les OPCVM) (iii) Le portail d’arbitrage et l’assureur associé (iiii) Mézigue (bien inspiré par L'algo de John maintenant).
Prise d’information (pertinente ?), de décision (rapide !) et suivi régulier m’apparaissent finalement bien chronophages et m’inciteront peut être à dériver vers de l’indiciel avant d’avoir plus de temps.
Sans passer par l’algo j’identifie parfois des fonds ****&+ et positifs dans la période 1M-YTD qui suggèrent des choix analogues, ça donne confiance.
Par contre la baisse rapide observée mi-octobre pour toutes les valeurs que j’avais sélectionnées en prenant soin d’avoir une matrices de corrélation à faible coefficients, montre qu’on peut passer rapidement en régime imprévisible pour moi, mais concerté. La temporalité des traders n’est pas la mienne. L’algo profite peut être du tracking des valeurs constitutives des OPCM mais les 10 lignes principales semblent insuffisantes pour simuler.
Je vais donc dédier une des AV récentes à répliquer (avec le délais d’arbitrage pouvant avoisiner la semaine) les suggestions de l’algo transposées par catégorie au sein de la liste disponible.
Si le blog prend du momentum, on pourra peut être se répartir des tâches spécifiques susceptibles d’améliorer l’anticipation/appréciation des situations.

Season Greetings et vive la démocratisation des tortues de Floride à tous les cubains.
Rabatjoi

Repost 0
Publié par rabatjoi
commenter cet article
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 19:46

Bonjour

Je vous fais un résumé de mes avoirs.

Certains sont anciens constitués au cours de ma vie active tel une assurance vie Sur un support nommé Oddo investissement A en dehors du choix du support je ne m'en occupe pas.
Il y a aussi un PEA (au nom de mon épouse) qui se situe sur un seul support UFF Grande Europe 0-100X, lui non plus je ne m'en occupe pas.
Toujours ancien il y a un PEA à mon nom qui actuellement vu mes mauvais choix est en perte ...la perte est de 38%! (Mauvais choix de ma part sur l'énergie...j'espère que le pétrole remontera un jour pour rattraper...)

D'autre part suite a un héritage ( il y a 2 ans) j'ai un compte titre que je solde progressivement quand j'ai besoin d'améliorer ma retraite. Ce CT est a l'équilibre
Il y a dessus des opcvm , pays émergents (équilibre), mines d'or (perte 22,5%),Carmignac patrimoine A (gains 11,3%), Carmignac Discovery A Eur (gains 8,9%)

Enfin j'ai 2 assurances vies constituées suite a ma cessation d'activité :
- l'une depuis 5 ans a mon nom chez Generali gains 14%, qui comporte un compte en €, et du Carmignac Patrimoine A (gains à 17,8%), le reste étant 3 petites lignes chacune (Edr China : perte 15%, Convictiom Premium A: perte 3% et Carmignac Discovery A : gains 5%)

- la seconde (détenue depuis 3 ans) au nom de mon épouse et du mien, a la S.Gen. contrat Ebène.
Celle ci comporte un compte en € puis 2 lignes , l'une sur Patrimoine A gains 18%, et la seconde sur SG Actions Or en perte de 41%!

Comme vous pouvez le voir j'ai la aussi fait un mauvais choix sur l'or... Espérons qu'il remontera un jour !

Comme vous l'avez deviné je ne suis plus un jeune...je vais vers mes 68ans, il y a longtemps que je m'intéresse à la bourse, sans grand succès mais heureusement sans grosse déroute.
J'essaye mais je suis pas un pro de faire progresser mon patrimoine , en dehors de mes erreurs je suis gêné par le manque de réactivité pour la transmissions des ordres sur les assurances vies (obligé de passer par la banque...) sans parler des frais.
Pour l'avenir, je compte ne pas toucher aux comptes en € des assurances vies ( mais vu votre article ce jour...cela sera surement à revoir.) de même les lignes sur Patrimoine A seront gardées voire augmentées si je réussi des gains par ailleurs...
J'espère effacer mes pertes un jour, quand le pétrole repartira à la hausse, de même en ce qui concerne la Relique barbare! (Car il en faut toujours dans un portefeuille du moins c'est ce que j'ai toujours entendu.)

Mon inscription a votre site est surtout pour apprendre ... Et suivre certains de vos conseils en particulier pour gérer mon PEA, ainsi sue le CT, voir l'assurance vie.

Je viens de lire votre lettre d'introduction " Philosophie d'investissement" qui non seulement est une découverte pour moi, mais qui de plus me signale que j'avais la mauvaise approche...
Je vais donc essayer de suivre.

Cordialement

Repost 0
Publié par Robert
commenter cet article
20 décembre 2014 6 20 /12 /décembre /2014 19:09

Bonjour

Pour les membres du club topinvest qui souhaitent connaitre les principaux chiffres fondamentaux des sociétés utilisées dans le groupe SBF120, j'ai ajouté des colonnes supplémentaires au tableau des supports:

  • PEA: mentionne si l'action est éligible au PEA et/ou au PEA-PME
  • Capi: la capitalisation boursière du titre (2.53B = 2,53 milliards; 15.34M = 15,34 Millions)
  • Shares: le nombre d'actions
  • EPS: Earning per Share ou bénéfice par action
  • PER: Price Earning Ratio (prix en cloture / EPS)
  • Rdt: rendement du dividende en %

les chiffres sont extraits de Google Finance.

exemple: Orange: au 3ème rang du classement de l'algo donc un potentiel de progression, PER=24,33, Rdt=4,91%: un rendement généreux.

vous voyez ainsi que vous pouvez choisir, parmi les meilleurs potentiels de l'algo, ceux qui offrent en plus un bon rendement, ou qui ont une valorisation raisonnable (PER < 20).

Le beurre et l'argent du beurre !

John: ajout de données fondamentales sur le site

Cordialement

Repost 0
Publié par John
commenter cet article

Présentation

  • : Réussir ses investissements
  • Réussir ses investissements
  • : Gérer son argent, investir son épargne en bourse, dans les placements financiers, l'immobilier, devenir rentier, avoir la liberté financière, voyager, passer ses journées dans un hamac... ce blog est fait pour vous. Vous y saurez quand entrer et sortir des marchés, et sur quoi investir.Et n'oubliez pas: rien ne sert de courir, telle la tortue il faut partir à point.
  • Contact

Thèmes du blog

Les articles du blog portent sur l'argent, le patrimoine, la finance, les techniques pour investir, la psychologie de l'investisseur, la méthode algorithmique appliquée sur le site lié topinvest95.free.fr

Recherche