Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 19:54

Bonjour à tous et excellente année 2015 !

Je suis inscrit depuis peu sur le site et commence à mettre en application les recommandations de l’algo de John. Jusqu’à présent mes investissements se sont limités à des actions de société au travers d’un PEA, le tout avec un succès très limité.

Mon principal souci en investissant sur des sociétés est de décider à quel moment sortir – je parle ici de valeurs pour lesquelles on vise une plus-value sur le titre plutôt que de valeurs de rendement, et pour des sociétés qui n’ont pas un caractère très spéculatif comme pourraient l’avoir des biotech par exemple. Rentrer sur un titre me paraît plus simple : étudier le potentiel d’un titre en étudiant le bilan de la société, son marché, ses perspectives, en regardant l’évolution récente du titre, éventuellement avec une analyse graphique basique (je n’y connaît pas grand chose), etc… En revanche une fois rentré sur un titre je trouve difficile en pratique de faire autre chose que du buy and hold. Je rencontre plusieurs difficultés : la première est que le suivi des sociétés doit être précis, ce qui demande beaucoup de temps et de la régularité ; la seconde difficulté, plus importante, vient du fait que l’évolution d’un titre colle très rarement aux anticipations que l’on a pu avoir/faire, sans pour autant que les éléments rationnels qui ont conduit à la sélection du titre soient nécessairement remis en cause… ce qui m’a souvent conduit à un immobilisme et finalement à du hold…

Du coup je serais intéressé par les approches mises en œuvres par ceux qui investissent sur des actions de sociétés. Choix de valeurs de rendements pour lesquelles le suivi est moins important ? Sortie automatique avec des valeurs fixes de perte ou gain ? Sortie des que le titre évolue différemment des anticipations ?

De fait je suis très intéressé pour tester l’approche de John et de l’algo !…

Benoît

Repost 0
Publié par Benoît
commenter cet article
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 19:50

Merci à John pour cette initiative, à laquelle je n’ai pu répondre qu’aujourd’hui car un déménagement, puis l’achat d’un appartement, et une cruralgie due à ces divers évènements ne m’ont pas permis de répondre plus tôt.
Je suis retraité et mes investissements se répartissent de la manière suivante :
- Une résidence principale (30%)
- Un capi, option équilibre, géré par la filiale d’une banque pour 30%. Je qualifierai cette gestion de « moyenne », la banque gérant tous ses clients de la même façon. Comme ceux-ci sont surtout des clients « CAC 40 » la performance rejoint celle du CAC.
- Un PEA, pour 10%. Je gère depuis 2 ans ce PEA après avoir subi la gestion désastreuse d’un gérant de cette même filiale de banque. La plus-value sera cette année de 7%.
- 3 Capi chez Linxea (8% des investissements). Ce sont des OPCVM, ce qui pose des problèmes de gestion plus complexe que pour les titres. Après plusieurs années de tatonnements où je me suis laissé influencer par certains membres du forum qui paraissaient plus compétents, mais qui étaient des risque tout j’ai appris à mieux gérer en gardant les OPCVM qui ne méritaient pas d’être arbitrés en fonction, non d’une analyse chartiste, mais d’une approche économique et géopolitique de la situation.
- Diverses AV pour le solde (Afer, Macsf, Carmignac) Il s’agit de vieilles AV que je laisse dormir au gré des évènements.
Pour m’aider dans ma gestion je me suis abonné à Investir, et à Zonebourse pour mon PEA, dont je retire une satisfaction moyenne, pour un coût modique, et à Zen (publications Agora) pour également une satisfaction et un coût faibles.
De formation économiste, j’utilise mon bon sens et considère d’abord la situation économique d’un secteur, et celle géopolitique, d’une manière plus générale pour sélectionner mes investissements. Je laisse également aux chartistes le soin de me guider par leurs analyses. L’algorithme de John est séduisant, surtout grâce aux backtests réalisés et mérite d’être élargi à plus d’OPCVM malgré la difficulté de la tâche.
Cordialement

Repost 0
Publié par Pasdeloup
commenter cet article
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 19:39

Bonjour à tous,

Voici un petit palmarès non exhaustif de performance 2014 de différents supports disponibles sur le PEA :

- SBF120 (actions liquides) : Aperam +89%, Orange +60%

- Fonds disponibles sur Fortuneo PEA :

JeanL: palmarès de performance 2014 de supports disponibles sur le PEA

Palmarès dans l'ordre : les fonds santé et immobilier Europe, toujours en grande forme.

Les fonds France PME ont monté en début d'année et ont stagné ou baissé ensuite, ils ne sont pas spécialement intéressants actuellement.

- Trackers disponibles sur Fortuneo PEA :

JeanL: palmarès de performance 2014 de supports disponibles sur le PEA

Palmarès dans l'ordre : Inde, Turquie, US, Chine.

Avec les trackers, on peut s'exposer aux marchés étrangers, et ç'est très intéressant en 2014 : certaines bourses ont monté nettement et l'effet devise a apporté une performance supplémentaire (le dollar a pris 13% par rapport à l'euro).

En conclusion : sur le PEA, en complément des actions sélectionnées par l'algo de John, on peut investir sur certains fonds ou trackers éligibles au PEA. Les trackers sont particulièrement intéressants car ils permettent d'accéder à des marchés extra européens. Quand la bourse française baisse, des bourses étrangères peuvent monter...

Repost 0
Publié par JeanL
commenter cet article
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 19:34

Tracker Easy ETF EPRA Eurozone. LU0192223062 code EEE

Ce fonds réplique le plus fidèlement possible l’indice immobilier EPRA Eurozone.
Plutôt que d’acquérir les actions immobilières individuellement ou acheter des fonds immobiliers spécialisés sur la zone Euro plus chargées en frais et aux performances plus volatiles, ce tracker semble être un bon compromis en terme de performances.

Son principal attrait : un dividende annuel de 8,77 €, ce qui fait un intérêt de 4,38% annuel sur la base d’un dernier cours d’environ 200 €.
Ce coupon est versé en 4 acomptes trimestriels dont le plus important est payé en juillet.

Parti d’un cours de 145 € en 2004, il a culminé à 333 € en février 2007 pour plonger à 99 € en mars 2009 et a fini l’année 2014 à 200 €.
Ce tracker a réalisé une performance globale de 21,50% en 2014 (plus value + dividende de8,77€) bien supérieure à la moyenne de sa catégorie.

Recommandation en ce début 20105 : du fait de leur rendement attractif, les actions immobilières de la zone EURO sont actuellement relativement chères.

Pour l’investisseur qui souhaite entrer sur ce tracker, le mieux est de n’acheter que la moitié d’une position aux cours actuels puis de compléter sur repli et vendre sur nouvelle hausse.

Par exemple : Achat 100 trackers aux cours actuels de 200 € et placement de l’autre moitié en compte épargne à 1 %.

Hypothèse optimiste en 2015 :
Achat 100 ETF Eurozone à 200
Vente 25 ETF Eurozone à 222
Vente 25 ETF Eurozone à 247 et le tracker finit l’année 2015 à 250, soit + 20%
Résultat de gestion :
Reste 50 ETF à 250 (12 500) + encaissement 50 dividendes à environ 10 € + les 20 200 € du compte épargne auquel s’ajoute vente de 5550 et 6175, soit 44 925 par rapport à un investissement de 40 000, ce qui donne une plus value de 12,30%.

Hypothèse pessimiste en 2015 :
Achat 100 ETF Eurozone à 200
Achat 50 ETF Eurozone à 178
Achat 50 ETF Eurozone à 158 et le tracker finit l’année 2015 à 160, soit - 20%
Résultat de gestion :
Solde de 200 ETF à 160 (24 000) + encaissement 200 dividendes à environ 8 € + les 3 300 € qui restent sur le compte épargne, soit 36 900 par rapport à un investissement de 40 000 donne une moins value de 7,75%.

CONCLUSION : cette méthode d’investissement lissé permet d’être moins exposé au marché en cas de retournement de tendance et d’obtenir une performance satisfaisante si le tracker poursuit sa hausse.

Repost 0
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 19:26

Sur certaines de mes assurances vie cette option est gratuite (Linxea Evolution et Linxea Avenir). J’ai donc sauté sur l’occasion pour installer l’option pour me mettre à l’abri de coups durs.

Sur L. Evolution il est même possible de la mettre en place par Internet et de moduler davantage que de 5 en 5 (8 % ; 12% par ex)... cela me semblait particulièrement attrayant.

Toutefois, à la longue et avec le recul sur 2 ans environ je constate que j’ai moins gagné sur cette Ass. Vie que sur d’autres où je n’ai mis en place AUCUNE option Stop Loss !

En prenant l’exemple le plus récent de l’arbitrage « automatique » suite à l’option Stop loss mise en place

sur le fonds H2O Multistratégies L’option Stop Loss « relatif » était prévue à 10 %.

Je reçois le courrier m’indiquant que l’option avait été réalisée (depuis plus de 10 jours déjà) et donc le fonds vendu et le résultat placé sur le fonds euros.

Je n’en reviens pas trop car – 10 % sur ce fonds, je n’avais pas vu .... ET SURTOUT parce que H2O Multistratégies avait monté récemment d’entre 8 et 10 % !!!! Trop tard pour moi ... J’ai donc engrangé les -10 % définitivement .... et si je me replace ce sera encore à perte !

Cela s’est passé de la même façon pour plusieurs autres fonds ... Il n’y a eu qu’1 ou 2 cas ou un fonds a complètement perdu pied et ne s’est pas redressé, cas pour lequel j’ai été contente de l’option.

Au total je me pose beaucoup de question à la pertinence de la mise en place de l’option STOP LOSS dans le cas ou la volatilité est forte.... maintenant en cas de Krack important la question est autre ! Bref je suis partagée et pense qu’il ne faut la mettre en place que sur certains fonds ....

Repost 0
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 18:38

Hello, et bonne années à vous tous avec quelques heures d'avance.
Je souhaite partager quelques informations concernant le choix d'un courtier actions.
Pour ma part, je suis plutôt déçu par la performance moyenne de mon épargne, placée pour la plupart en AV en unités de compte (Pourtant des fonds qui ont un track record plutôt sympa: Sextant Gd Large, Moneta Multi Caps, CPR Croissance réactive).
J'ai poursuivi une formation d'investissement en 2014, et j'ai pas mal bossé les données fondamentales d'entreprise. Aujourd'hui, ouvrir un bilan et étudier un compte de trésorerie ne me fait plus peur, et je pense que cela fait partie d'un pré-requis assez utile lorsque l'on souhaite investir dans des entreprises en direct, comme c'est mon cas. On y trouve énormément d'informations sur la solidité de la boutique (Le bilan), mais aussi sur la capacité à générer du cash flow (Analyse du compte de résultat, et du tableau des flux de tréso)
En ce qui concerne mon choix de courtier:
- Bourse direct pour le PEA et le PEA-PME, les frais sont modiques pour les actions françaises.
- Binck pour les actions US et canadiennes (Pour celles-ci, je n'ai trouvé d'ailleurs que Binck qui propose les actions CAN).
- J'ai aussi trouvé Lynx, en Belgique, qui propose l'accès aux bourses du monde entier: l'interface graphique est celle d'Interactive Broker, aux US. Les tarifs sont super compétitifs. Par contre attention, il s'agit d'une société étrangère, et le fisc nous impose des contraintes:
- Il faut déclarer ce compte aux impôts, grâce au formulaire CERFA N° 3916, qui se dépose en même temps que la déclaration de revenus
Autre impact, si vous touchez des dividendes, il faut payer les cotisations sociales (au taux de 15,5% à ce jour, sauf erreur) dans les 15 jours suivant le paiement des revenus. Le formulaire est le 2778-DIV.
Bref, ouvrir un compte à l'étranger n'est pas un acte sans conséquences, du moins fiscales!
Fred.

Repost 0
Publié par Fred
commenter cet article
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 17:02

Bonjour a tous,

Sacha, 28 ans, marié, vivant à Paris depuis toujours.

C'est la 1ere année ou je me place réellement sur les marchés et débute mes investissements. J'ai ouvert mon PEA en Avril, résultat, +1% sur la période, alors que le CAC perd 3%, en sachant que mes grosses lignes sont des trackers monde et européens.

Mon PEA est constitué de trackers, opcvm, de biotechs en chute libre et de quelques grosses capitalisations.

Je n'ai pas de vrai stratégie, je dois donc en trouver une pour 2015!

Mes meilleures performances en 2014 ont été lorsque j'ai acheté des titres ou fonds après une grosse période de chute. Sanofi ou la Turquie par exemple, peut être à creuser en 2015!

Concernant l'assurance vie, Linxea Vie, je reste globalement en fond euro, ce qui est a mon sens une erreur. Je suis les conseils de John depuis mon début, avec des performances plutôt médiocres.

Je vais essayer de suivre les tendances avec plus de précautions, en investissant plus.

Au plaisir de tous vous lire!

Merci et bonne année!

Repost 0
Publié par Sacha
commenter cet article
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 16:11

Bonjour

Depuis le 12 octobre, le site http://topinvest95.free.fr/ fonctionne avec accès privé aux membres du club Topinvest95.

Le bilan est le suivant:

  • 83 personnes se sont inscrites et ont reçu leurs identifiants
  • parmi elles 38 ont fourni un article, publié sur le présent blog
  • les articles ont porté sur leur situation personnelle, leur choix d'investissement, leurs méthodes, leurs inquiétudes et questions, leur approche de la fiscalité, leurs projets, etc

Personnellement j'ai trouvé un vrai intérêt à lire ces articles. Certains m'ont donné des idées pour ajouter des informations sur le site (comme les données fondamentales des actions),

De nombreux articles me font comprendre qu'il ne suffit pas d'avoir à sa disposition une méthode ou algo performant, encore faut il qu'il soit adapté à sa personnalité et ses objectifs. Pour certains les arbitrages fréquents de l'algo actions satisfont ceux qui visent le meilleur du marché actions. Pour d'autres les quelques arbitrages annuels de l'algo fonds leur conviennent très bien pour leur assurance-vie. Pour d'autres une quasi absence de gestion leur irait encore mieux, avec néanmoins la sécurité d'être protégé contre une forte baisse; pour ceux là je prépare une méthode ne demandant qu'un arbitrage par an, et peut être une autre avec aucun arbitrage en utilisant des fonds flexibles. Le but est que chacun trouve chaussure à son pied, avec le bon dosage entre la performance, la sécurité et l'effort de gestion.

J'espère que la lecture des articles des autres membres vous ont inspiré pour mieux gérer vos finances personnelles, ou à tout le moins rassuré: vous n'êtes pas le seul à rencontrer des problèmes ou des galères, le partage d'expérience aide à progresser.

Les personnes ayant publié un article auront la validité de leurs identifiants prolongée jusqu'au 31 mars. Les autres le perdent ce soir.

Désormais une personne souhaitant devenir membre pour accéder au site, doit d'abord me fournir un article à publier, accompagné de son adresse email valide et de son pseudo, à l'intérieur de la page de contact. Suite à quoi, dans la mesure où l'article présente un intérêt pour le lectorat, est inédit, je lui communiquerai ses identifiants valables jusqu'à la fin du trimestre courant.

Je vous souhaite une excellente année 2015, pleine de réussite dans vos investissements, une belle santé pour vous et vos proches.

cordialement.

John

Repost 0
Publié par John
commenter cet article
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 12:30

Bonjour,

Je travaille pour un organisme d’assurance (mais je m’exprime ici à titre individuel). J’ai connu comme tout le monde la période d’euphorie boursière de la fin des années 90 durant laquelle la vente d’unités de compte, principalement indexées sur les marchés français et européens, se caractérisait par une insouciance généralisée, aussi bien du côté des conseillers financiers que des clients.
Et les corrections de fin 2000, fin 2007 et 2011 se sont succédé et ont achevé de ruiner la confiance des épargnants dans la prise de risque justement rémunérée. Essayez donc aujourd’hui de ressortir des concepts éculés comme « tant qu’on a rien vendu, on a rien perdu » en face d’épargnants sinistrés qui ont cru (et c’est peut-être toujours le cas) que le système financier européen allait probablement s’écrouler.

J’en suis donc venu à la conviction que la gestion d’une assurance vie devait faire preuve d’agilité vis-à-vis des marchés financiers afin de s’écarter des périodes de forte baisse (quitte à déclencher des stops pas toujours justifiés) pour rejoindre le train de la hausse (quitte à manquer les premières étapes de la remontée). Et tout cela en tenant compte de l’inertie de ce produit qui n’a pas la réactivité d’un compte titre.

Je m’intéresse donc à un système de gestion qui reposerait sur :
- Un nombre limité d’OPCVM représentatifs du marché global (ex : ETF en smart beta investi sur le MSCI World + frontier markets, obligations internationales, matières premières) dont la ventilation dépend du consensus général évolutif
- Une appréciation de la tendance du marché avec des moyennes mobiles de moyen/long terme adaptives (ex : FRAMA ou moyenne de Hull) et un système de stop basé sur un indicateur technique adapté du supertrend, avec les règles suivantes :
o Menaces sur la hausse : basculement en fonds flexibles (5-6 dont ceux cités par plusieurs d’entre vous)
o Baisse avérée : fonds en euros/fonds monétaires
o Menace sur la poursuite de la baisse : fonds défensifs (performance absolue/prudents flexibles à faible volatilité)
J’ai fait quelques tests concluants en utilisant Pro Real Time mais pour aller plus loin, j’ai besoin d’y accorder plus de ressources, notamment pour générer des backtest significatifs statistiquement.

J’ai bien sûr été enchanté de découvrir le blog de John, et j’apprécie sa pédagogie et la haute technicité de la démarche présentée.

Puissions-nous progresser en 2015 dans l’optimisation du rendement de nos placements dont la réactivité doit être justement pesée.

Une conviction : la conjugaison intelligente des uc et du fonds en euros (quitte à se passer de ce dernier) représente une alternative crédible et au potentiel plus intéressant face aux autres alternatives proposées (fonds eurocroissance, fonds structurés, gestion à coussin…)

Cordialement

Repost 0
Publié par Nicolas
commenter cet article
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 20:18

Bonjour à tous.
Je suis avec intérêt les interventions des uns et des autres, et je me demande si je pourrais vous apporter une information qui vous soit d'une utilité quelconque. Car je ne connais rien à la bourse ni à l'économie, malgré le fait que je possède des assurances vie et un pea depuis de nombreuses années.
J'ai été abonné à un journal spécialisé, j'ai suivi un certain nombre de forums et blogs et consulté de nombreux sites, tout ceci de manière très irrégulière, au gré de mon humeur qui passait de l'euphorie béate au découragement. Tout ceci pour en arriver, aujourd'hui tout du moins, à une certaine méfiance envers tous les conseillers, qu'ils soient professionnels ou pas. Bien souvent, hélas, les vainqueurs d'hier sont les perdants de demain. J'ai ainsi perdu une belle somme dans les années 2000 à l'époque du grand engouement pour Internet, en ayant investi sur les conseils d'un hebdomadaire spécialisé. Je crois en fait que les seules fois où j'ai gagné de l'argent sont celles où j'ai cessé de m'occuper de mon portefeuille. Tenez, pour vous dire, je pense que même

Olivier Delamarche doit faire mieux que moi ! Bon, je plaisante, mais à peine. Le bilan global de mes placements n'est probablement pas catastrophique, parce que je ne suis tout de même pas très casse-cou. Je dis "probablement", car je ne suis pas parvenu à faire mes comptes de manière convaincante, ayant investi par à-coups au fil des années et des opportunités sans en garder de traces, n'ayant eu jusqu'à une époque récente guère d'autre souci que celui de me constituer une épargne de précaution. Mais je vieillis et je me dis que cet argent accumulé pourrait me rendre enfin service, à condition de le gérer un peu plus rigoureusement. Ce qui m'amène à présenter ma situation un peu plus en détail.
J'ai soixante et un ans. Je n'aurai pas de retraite, n'ayant pas assez cotisé dans ma vie. Ma famille et moi-même avons toujours vécu avec un seul salaire, anémique qui plus est la plupart du temps (smic). Mais comme nous n'avons que peu de besoins, nous avons même réussi à épargner quand les vaches étaient, disons, moins faméliques. Nous avons acheté à crédit une fermette en ruine que nous avons restaurée nous-même. Nous ne sortions pas, nous nous coupions mutuellement les cheveux, récupérions les vêtements des autres, assurions une bonne partie de l'entretien et des réparations du foyer, cultivions nos légumes, etc, etc.
Je vous parle de tout cela car je pense que c'est un exemple à rapprocher de l'article de John concernant les primes d'assurance auto (astuce que je connaissais et avais déjà mise en pratique). A savoir: un moyen de s'enrichir consiste, à défaut de salaire somptueux, à moins dépenser. Mais je suis bien conscient que cela ne convient pas à la plupart des gens. Nous avons eu quelques héritages ou donations, et n'avons jamais dépensé un centime de ce que nous avons mis de côté. Nous avons vendu notre maison, et, à l'heure actuelle, tout ce que nous possédons n'existe plus que sous forme de papier, ce qui n'est pas toujours pour me rassurer d'ailleurs.
- un Pea de 1991 qui a péniblement progressé de 60%.
- Des livrets A, codevi et lep qui suivent leur bonhomme de chemin.
- Deux assurances vie de 1997 qui ne se portent pas trop mal car je m'en occupe peu ! J'avais rapatrié la partie sicav sur le fond euro durant l'été 1997, suite à une inquiétude provoquée par la lecture de certains posts alarmistes. Bien m'en a pris pour une fois ! Sur fond euro encore aujourd'hui.
- Cinq autres assurances vie plus récentes (quatre à cinq ans) alimentées par la vente de la maison et une donation, et qui m'ont rapporté moins que le fond euro, suite à des manoeuvres approximatives dues à un individu que je me garderai de vous recommander, celui-ci étant notoirement incompétent, et multirécidiviste qui plus est.

Il faut reconnaitre que le bilan, 25 ans après mon premier placement, n'est pas fameux.
Si j'avais simplement placé l'argent du pea sur un truc aussi pépère que le pep que m'avait proposé mon banquier à l'époque, j'aurai fait beaucoup mieux en m'embêtant beaucoup moins. Mais je crois que je préférai tenter la ruée vers l'Eldorado. Faites gaffe à l'appât du gain, soit dit en passant, mais sans blague. Ca nous prends de temps en temps et on se chope une poussée de fièvre: comme au casino (parait-il), avec des dollars à la place des pupilles façon Tex Avery. Et si on a le malheur que ça s'enclenche bien au départ, on risque d'en remettre au tapis d'une manière inconsidérée. Et hop, mettez-moi une brouette de Dws Russia, je la sens bien celle-là, y parait qu'on va avoir un hiver à faire trembler un grognard (en retraite ;), le prix du pétrole va exploser. Tenez, rajoutez-moi aussi une bonne dose de Synthelabo ou son alter ego pendant qu'on y est, car ça va être l'hécatombe du coup. De toute façon, je peux pas rater celui-là: si c'est pas la grippe, y'a l'ebola qui va débouler dans le coin, et, au pire, faut pas désespérer, il y aura bien Al Quaida pour nous balancer quelques microbes qu'ils auront fauché au labo du coin. Avec ça, c'est bien le diable si je me fais pas des valseuses de 24 carats en moins de temps qu'il n'en faut à Rafael Nadal pour pulvériser un adversaire. Mais, si vous êtes comme moi, vous vous retrouvez immanquablement en slip, comme le personnage imaginaire que vous connaissez sans doute, et qui circule sur internet sous forme d'une courbe d'action qui amorce une splendide ascension pour finir dans une non moins merveilleuse chute, chaque étape étant agrémentée de commentaires qu'on croirait sortis de ma bouche, à tel point que je m'interroge sur l'opportunité de faire un procès à l'auteur pour plagiat.
Eh oui, bien malin celui qui peut prédire l'avenir. Ca peut marcher comme ça peut rater. Si c'était si simple, tout le monde serait plein aux as. Ce que j'aimerai aujourd'hui, plus modestement, c'est obtenir 4 à 5% de rendement. Ce serait parfait, mais même cela ne me semble pas gagné d'avance. Pour l'heure, j'adopterai plutôt un profil semblable à celui de Serge tel qu'il le présente dans son intervention du 24 décembre.
Alors pourquoi venir chez John, qui ne fait que des placements pour kamikaze ? Et bien, parce que le pea ne peut pas rester calme, ça n'est pas dans sa nature, il lui faut des sensations fortes. Soit je me plie à ses exigences, soit je l'abandonne. Et c'est là l'intérêt de ce blog pour moi.

La démarche de John est originale et semble avoir fait ses preuves, bien que je ne sois pas sûr d'avoir tout compris ! Cela va probablement constituer mon dernier essai avant abandon définitif en cas d'échec. Et en cas de succès, j'essaierai également une partie des assurances vie.
Je vous remercie de la peine que vous prenez pour nous faire partager vos expériences, et vous souhaite à tous un bon gueuleton pour démarrer en beauté une année 2015 qui, espérons-le, sera suffisamment opulente pour qu'enfin, après lui avoir brulé des cierges, nous puissions nous cotiser pour faire graver un ex-voto bien mérité à notre Saint Jean préféré.

Jacques.

Repost 0
Publié par Jacques
commenter cet article

Présentation

  • : Réussir ses investissements
  • Réussir ses investissements
  • : Gérer son argent, investir son épargne en bourse, dans les placements financiers, l'immobilier, devenir rentier, avoir la liberté financière, voyager, passer ses journées dans un hamac... ce blog est fait pour vous. Vous y saurez quand entrer et sortir des marchés, et sur quoi investir.Et n'oubliez pas: rien ne sert de courir, telle la tortue il faut partir à point.
  • Contact

Thèmes du blog

Les articles du blog portent sur l'argent, le patrimoine, la finance, les techniques pour investir, la psychologie de l'investisseur, la méthode algorithmique appliquée sur le site lié topinvest95.free.fr

Recherche