Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 20:34

Sur quelles actions investir en 2015? :

C'est la question qu'on se pose , comme toujours en début d'année..

Mais avant de parler des actions il faut en amont se poser la question: quelle allocation d'actif?

L' horizon d'investissement est une variable cruciale. Les gestionnaires ont l'habitude de dire que pour un profil équilibré, le pourcentage de produits dits "sans risque" doit correspondre à votre âge. A 40 ans 40% de produits sans risque : livrets,assurance vie en euro... A 70 ans 70%.

Mais ensuite chacun doit l'adapter à sa situation personnelle suivant les projets, l'importance du patrimoine et aussi son tempérament . Le plus important, c'est de répartir les placements entre plusieurs classes d'actifs. La corrélation sur de longues périodes entre les actions, les supports de taux et l'immobilier est suffisamment faible pour qu'une telle diversification présente de gros avantages.

Cette faible corrélation signifie que nous avons un moindre risque sur l'ensemble. Donc la premiére chose à décider c'est: quel pourcentage pour les actions et ensuite comment je gère cette poche action?

Si je ne souhaite pas m' en occuper, dans une optique "buy and hold", un tracker ou 2 représentant les différentes bourses mondiales est une bonne option. Peu de frais, une excellentes diversification et des performances plus qu'honorables sur le long terme.

Si je peux et si je souhaite y passer un peu de temps ce sera l'achat d'´ OPCVM ou d'actions en direct et là le blog de John peut vraiment nous aider.

Repost 0
Publié par Yves
commenter cet article
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 10:54

PAS SI SIMPLE!!!

D'abord il faut savoir que:
Un délai de versement imposé par la loi

Jusqu'au 17 décembre 2007, l'assureur n'avait aucune obligation concernant la rémunération des capitaux issus d'une assurance-vie, après le décès du souscripteur. Cela n'est plus le cas. La loi du 17 décembre 2007 a modifié l'article L. 132-23-1 du Code des assurances fixant un délai de versement aux bénéficiaires des sommes figurant sur le contrat d'assurance-vie. Cette limite est valable en cas de décès et lors de la clôture du contrat.
Majoration du taux légal

Ainsi, au-delà du délai d'un mois, les assureurs se voient infliger une sanction financière. Le capital non versé produit de plein droit des intérêts au taux légal, majoré de moitié durant deux mois. Plus clairement, les sommes dues au bénéficiaire sont revalorisées à 1,5 fois le taux d'intérêt légal pendant les deux premiers mois. Au-delà de ce délai, les sommes seront revalorisées au double du taux d'intérêt légal en vigueur.
ENFIN IL FAUT SAVOIR que pour toucher il faut d'abord fournir....
Conditions nécessaires

Toutes les pièces justificatives doivent être conservées. Il convient également de suivre les démarches précisées dans le contrat pour être certain de bénéficier de toutes les garanties. Pour obtenir le versement du capital, l'assureur doit être en possession de différents documents,
Il faudra lui faire parvenir:
- l'acte de décès du souscripteur - (à demander à la Mairie du lieu du décès),
- la copie de la carte nationale d'identité du bénéficiaire de l'assurance-vie. Un extrait de l'acte de naissance peut également être requis, ou encore le livret de famille,
- le bulletin d'adhésion du contrat d'assurance-vie: ce document précise le numéro de contrat et identifie le souscripteur. Si le bénéficiaire ne dispose pas de ce papier, il lui faut rédiger une déclaration sur l'honneur de perte du document,
- une attestation fiscale autorisant le règlement, c'est à dire un certificat de non-exigibilité des droits (à demander au centre des impôts et à transmettre à l'assureur).
Si le bénéficiaire n'est pas désigné nominativement, l'assureur peut aussi demander un acte de notoriété. Cet acte est payant et doit être établi par un notaire.
Une fois toutes les pièces réunies et adressées à l'assureur, ce dernier dispose alors d'un délai d'un mois pour procéder au versement du capital.
A noter: Le délai commence à compter du jour où le dossier complet arrive à l'assureur. L'envoi du courrier en recommandé avec accusé de réception est par conséquent fortement conseillé. Il représentera la preuve de la date de réception des pièces justificatives.
DONC...un conseil, si vous savez qu'un jour vous devez toucher une assurances vie de la part d'un parent...faite lui lire ceci.

Repost 0
Publié par Robert
commenter cet article
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 11:52

Bonjour

Je reçois des messages de contact demandant comment fournir un article.

C'est très simple, 2 solutions:

  • vous connaissez mon adresse mail (à partir de laquelle je vous ai donné vos identifiants/mot de passe): vous envoyez un mail avec votre texte sur mon adresse.
  • vous ne connaissez pas mon adresse mail car vous n'avez pas encore d'identifiant: vous cliquez sur le lien Contact en bas de l'image de la tortue. Dans le formulaire de contact qui s'ouvre, vous entrez, dans la zone message, votre texte et un mot pour demander des identifiants, avec votre pseudo; vous remplissez les autres champs dont votre propre adresse mail.

Ensuite je publie l'article; votre pseudo étant indiqué comme auteur.

John: comment fournir un article à publier

Si vous voulez juste mettre un commentaire sous un article en ligne, vous cliquez sur le lien "Commenter cet article" sous l'article; votre commentaire est instantanément publié par Overblog sans intervention de ma part. La c'est juste pour poster un commentaire, ce n'est pas pour publier un article.

John: comment fournir un article à publier
Repost 0
Publié par John
commenter cet article
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 11:17

Comment transmettre un portefeuille de titres à ses enfants et ses petits enfants :

- en limitant les frais de transmissions

- en gardant la gestion et une certaine jouissance du portefeuille

Deux pistes sont retenues :

-La donation du portefeuille (démembré)

- L’assurance vie

(avec un exemple : transmission par une personne de + de 70ans d’ un portefeuille de 120 000€ dont 20 000€ de plus-value latentes, à un enfant et deux petits-enfants ; les abattements ont déjà été utilisés et il n’y a pas d’assurance vie souscrite avant 1991)

OPTION 1 : La donation d’un portefeuille de valeurs mobilières en nue-propriété aux petits enfants permet ;

-de garder le contrôle par le biais de l’usufruit

-de ne payer qu’une fois les droits de successions pour une transmission sur deux générations

-au donateur de payer les droits pour le compte des petits enfants ( donc hors succession et calculés à la date de la donation (les plus-values à venir font partie de la nue-propriété et sont donc acquises aux donataires)

-de purger sans frais les plus-values latentes (les droits sont dus sur la valeur du portefeuille au jour de la donation et le « compteur des plus-values « est remis à zéro)

-impôts / au portefeuille : le donateur et usufruitier doit continuer à intégrer son portefeuille dans sa déclaration ISF ,ainsi que les revenus à l’IR ; SI le portefeuille est constitué de produits à capitalisation le donateur échappe à l’IR

-cout de la transmission

120 000€ x 70% (l ‘usufruit = 30% ) x les droits de donations ( identiques pour les enfants et pour les petits enfants 20% environ dans ce cas ) augmenter des 2,5 % des frais de donation

soit environ 18 000€

+ Imposition des plus-values du portefeuille lors de leurs réalisation (plus-values accumulées d depuis la date de donation)

Ces plus-values accumulées durant le contrat (par exemple sur 10 ans à 4%)=57 000€

( si le taux marginal d’IR est à 25% par ex )=> 57 000€ x 25% =14 500€

Coût global ;18 000€ +14 500€ =32 500€

Option 2: assurance vie dont le capital est constitué par l’apport du portefeuille de titres

L’assurance vie (les bénéficiaires sont les petits enfants) permet :

- de ne payer qu’une fois les droits de successions pour une transmission sur deux générations

-les droits de succession seront payés par les petits enfants sur la valeur de l’assurance vie à sa liquidation (c’est-à-dire en incluant les plus-values accumulées sur le contrat d’assurance)

- les plus-values latentes du portefeuille, au jour de la souscription du contrat, doivent être purgées

-impôts/ au portefeuille : le souscripteur doit continuer à intégrer son portefeuille dans sa déclaration ISF, par contre les plus-values et dividendes sont exonérés / à l’IR (sauf en cas de retraits)

Coût de transmission

Imposition des plus-values latentes 20 000€ x taux marginal d’imposition par ex 20% =4000€

Les Droits de successions sont payés par les petits enfants sur le montant initial augmenté des plus-values accumulées sur le contrat)

120 000€ + les plus-values accumulées durant le contrat (par exemple sur 10 ans à 4%) 57 000€= 177 000€

Les Droits de succession sont donc d’environ 35 000€

Donc un coût global de 39 OOO€

OPTION 1+2 :Donation + assurance vie

Donation du portefeuille démembré assortie d’un engagement des petits enfants donataires de souscrire une assurance vie pour le grand parent donateur

le grand parent donateur a une certaine liberté de gestion et de retrait dans le capital de l’assurance vie (à hauteur de son usufruit 30% )

les petits enfants, nue- propriétaires, récupèrent le capital intégralement (capital et plus-values) et ce sans frais

Coût :

Droits (tranche à 20% ) et frais ( 2,5%) sur 70% du portefeuille

Les plus-values latentes sont remises à zéro par la donation

L’assurance vie étant souscrite immédiatement après la donation il n’y a pas de plus-value à purger

Les plus-values pendant le contrat sont hors impôt (sauf partiellement en cas de retrait)

ISF pour le donateur

Cout 120 000€ x 70% (nue-propriété) X (20% de droits+ 2 ,5% frais) = 18 000€ au total

Si rien n’est fait pour transmettre le portefeuille :

-1ière succession 35 000€

-IR sur les plus-values

+ 2iemes succession > 35 000€ donc > 70 000€ au total

CONCLUSION

Assurance vie couplée avec une donation permet de conserver la gestion du portefeuille et de le transmettre sur deux générations avec des droits « raisonnables»

Bien sûr les calculs ci-dessus dépendent totalement de la situation de chacun mais nous incitent à organiser la transmission.

NB : certaines assurances vie, notamment Luxembourgeoises, sont plus souples que les contrats habituels organisés par nos banquiers français et permettent en particulier de transférer un portefeuille de biens mobiliers dans un contrat d’assurance vie

Repost 0
Publié par Rico
commenter cet article
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 11:13

On parle beaucoup des assurances-vie mais très peu des contrats de capitalisation qui sont pourtant des enveloppes d’investissement très similaires. A vrai dire, l’utilisation au quotidien ne les différencie guère. Pour un même assureur (par exemple Linxea Vie et Linxea Capitalisation pour e.CieVie), les OPCVM et les fonds en euros disponibles ainsi que les modalités d’arbitrage sont quasiment les mêmes.

Néanmoins, ces contrats répondent à des finalités successorales différentes. Pour plus de détails, je vous laisse consulter les sources données en fin d’articles.

Pour ma part, ce que j’ai retenu, c’est que, contrairement à l’assurance-vie, seule la valeur nominale du contrat de capitalisation (= cumul des primes versées, frais de versement déduits) est retenue pour l’assiette ISF et soumise aux droits de succession. Autrement dit, les intérêts produits sont transparents aux yeux du FISC. En théorie donc, on pourrait vivre millionnaire sans payer l’ISF puis, les abattements sur la part de succession aidant, transmettre ses millions à ses enfants sans verser un kopeck au FISC !

La preuve par l’exemple :

Un contrat de capitalisation est souscrit avec une mise initiale de 100 000 €. Aucun versement ultérieur ne sera effectué, donc la valeur nominale à retenir sera de 100 000 €. En capitalisant chaque année à 20% (si si, c’est possible grâce à l’algo de John !), les 100 000 € deviennent au bout de 20 ans 3 833 760 €. Si le reste du patrimoine est inférieur à 1.2 M€, alors l’assiette totale ISF sera inférieure à 1.3 M€, et donc en deçà du seuil de déclenchement de l’imposition, CQFD ! Quant au droit de succession de ce contrat de capitalisation, si on retire à sa valeur nominale de 100 000 € l’abattement prévu de 100 000 €, alors…

… Alors, trop beau pour être vrai ? Peut-être, car selon l’article d’optimisersonpatrimoine.com, le cadeau fiscal pour la succession doit être vu comme une « tolérance » de l’administration fiscale… Pas sûr qu’elle reste très tolérante avec des sommes pareilles… Il ne faut pas non plus oublier que la France est réputée pour son instabilité fiscale. Alors qui sait à quoi ressemblera les règles successorales et ISF du contrat de capitalisation dans 20 ans ?

Sources :

Tonio.

P.S. : le contrat de capitalisation porte bien son nom (il permet de capitaliser sereinement) contrairement au contrat d’assurance-vie qui n’est pas une assurance sur la vie. Pour assurer votre vie (c’est-à-dire toucher des sous si vous mourrez), souscrivez une assurance… décès ! (https://www.gmf.fr/conseils-prevention/prevoyance-deces/informations-pratiques/assurance-deces-vie.jsp#)

Repost 0
Publié par Tonio
commenter cet article
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 11:11

Bonjour

Compte tenue du contexte (QE de la BCE annoncée ce jeudi) j'ai par anticipation nettement diminué le compte euros de mon Assurances vie et basculé la somme sur divers supports (dont certains ont suivis John...on a pas les mêmes supports à la SG)
Ainsi j'ai basculé pour:
-38,3% de la somme sur SG Actions immobilier Acc
-23% de la somme sur Sogeactions Sélection Monde.
-23% de la somme sur SG Obligations
-8,1% de la somme sur SG Actions Europe Expansion
- et enfin (un pari) 7,6% de la somme sur SG Actions Energie

J'ai essayé par ces mouvements de me protéger du manque de rentabilité future des comptes en euros des Ass,Vie, et donc dans le même temps en répartissant les risques (enfin j'espère?) essayer de booster le rendement en choisissant ces divers supports.
Merci de vos avis.
Cordialement, Robert

Repost 0
Publié par Robert
commenter cet article
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 11:38

Dans l'assurance vie, lors du rachat Vous savez qu'il y a 2 principales options pour le paiement des taxes...

-La taxe alignée sur le tx d'imposition sur le revenu
-Le prélèvement forfaitaire libératoire:

Cette taxation forfaitaire dépend de la durée de détention du contrat. Plus vous attendez, plus l’imposition baisse !

Entre 0 et 4 ans elle est de 35%

Entre 5 et 8 ans elle est de 15%

Au delà de 8 ans,ce prélèvement forfaitaire est de 7,5% après abattement. Cet abattement annuel est de 4600€ pour une personne seule et de 9200€ pour un couple.

CE QU'IL FAUT SAVOIR AUSSI;

C'est qu'il est fort probable que vous ayez opté pour le prélèvement forfaitaire libératoire lors de la souscription de votre contrat. Et cette option es RECONDUITE , en général, d'une année sur l'autre tant que vous ne la dénoncez pas.

Si vous souhaitez y renoncer pour que les gains soient soumis au barème progressif de l'impôt sur le revenu, vous devez exercer votre choix AVANT LE RACHAT auprès de votre assureur. Vous ne pouvez en aucun cas changer de mode de taxation aprés l'encaissement des revenus. C'est d'ailleurs ce que vient de confirmer le Conseil d'Etat (CE 24-10-2014 n°366 962).

Source le Figaro.

Cordialement,

Robert

Repost 0
Publié par Robert
commenter cet article
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 20:22

Bonjour,
Je viens de lire 1 article de macro economie ecrit par N.Roubini tres interessant. Ca n'est pas directement le sujet, mais je pense que c'est important d'avoir ce genre de consideration en tete dans sa strategie de placement.
http://www.roubinisedge.com/nouriel-unplugged/9-ways-the-eurozone-is-more-fragile-than-the-us

pour les non-anglophones, vous ouvrez https://translate.google.fr/, collez le texte complet complet de l'article dans la zone gauche avec le choix anglais, et cliquez sur traduire.

Repost 0
Publié par Philippe
commenter cet article
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 20:17

Voila ce que dit une anciene conseillere de Busch fils:

Les gouvernements ne pourront pas gérer une nouvelle crise des produits dérivés

Vu que les gouvernements ne pourront pas venir à la rescousse du secteur bancaire, il devra se tourner vers les contribuables. En fait, les pertes du système financier sont déjà reportées sur ceux-ci, sur les travailleurs, les retraités. Les gouvernements font pression pour que les citoyens endossent de plus en plus les pertes.

Ils appliquent notamment une persuasion morale sur les fonds de pension afin qu’ils accumulent toujours plus d’obligations d’État. Le jour où plus personne ne voudra de ces obligations, qui devra couvrir les pertes ? Ce seront les retraités. Je pense que les gens doivent bien comprendre cette problématique.

Dans un même discours, Alan Greenspan a répété 5 fois que le gouvernement peut créer de l’argent de façon illimitée. Il a raison. La Fed reste persuadée qu’elle n’a fait que s’échauffer la planche à billets, qu’elle pourrait créer bien plus d’argent si nécessaire. Vu qu’ils ont pu injecter tout ce capital dans les marchés depuis 2007 sans créer d’inflation, ils pensent qu’il n’y a aucun souci à se faire pour celle-ci. Mais les marchés émergents sont déjà victimes d’une inflation historique.

Le vol des contribuables par leur gouvernement a déjà démarré

C’est assez difficile à admettre, mais je dois vous dire que le vol des contribuables par leur gouvernement a déjà démarré. Les services publics ne sont plus ce qu’ils étaient, alors que les impôts ont augmenté, si bien que le niveau de vie baisse. La politique insidieuse d’inflation est une autre méthode utilisée par le gouvernement pour sortir du piège de la dette sans montrer au grand jour qu’un transfert de richesse a eu lieu entre la population et le système financier. Pour faire court, le gouvernement taxe les citoyens afin qu’ils payent pour les excès du système financier. C’est pourquoi ce vol étatique a déjà démarré, même s’il n’est pas visible au grand jour. »

Le risque de « Chypriotisation »

La prochaine étape risque d’être les confiscations des comptes bancaires et des assurances-vie. Par exemple, cela pourrait se matérialiser par l’obligation des fonds de pension de détenir des « actifs sûrs », dont la définition serait les obligations d’État. Cela se passe déjà en ce moment. Tous les fonds de pension achètent énormément d’obligations.

Mais lorsque les États feront défaut, ou tout simplement lorsque les taux d’intérêt augmenteront, ceux qui détiennent ces actifs devront essuyer de grosses pertes, soit les retraités. Soudainement, la valeur de leur bas de laine chutera de 30 % ou plus. Ces pertes seront similaires à ce que la population a dû subir à Chypre, seules les modalités pratiques restent encore à définir. »

Vois en dites quoi? Moi cela me fait froid dans le dos...
Cordialement
Robert

Repost 0
Publié par Robert
commenter cet article
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 19:56

Trouver l'objet d'un article n'est pas chose facile. Aussi, je vais tout simplement partager avec vous mes expériences d'épargnant.
J'ai commencé comme tout le monde apparemment par perdre une grande partie d'un petit capital exceptionnel que j'avais perçu en 1998.
Ensuite, j'ai géré mon épargne et mes économies de façon beaucoup plus raisonnable :
L'achat d'une maison puis sa revente 7 ans plus tard m'ont permis une plus value de 100% de notre apport personnel de 75 000€.
J'ai ensuite reconstitué un patrimoine foncier : achat de notre résidence principale et la création d'une SCI familiale pour bénéficier du dispositif scellier avec l'achat d'un 4 pièces neuf en région parisienne.
Nous avons toujours une épargne de précaution partagée sur une assurance-vie en € et les livrets A qui correspond à 2 mois de revenus.
L'épargne de long terme est pour notre retraite. Cette épargne est constituée actuellement de 4 contrats d'assurance-vie et de contrats de tontine.
J'ai fait le calcul de l'épargne nécessaire pour que nous puissions vivre convenablement du rendement de notre épargne et mon objectif est ainsi fixe comme cap.
Mes objectifs de rentabilité sont réalistes : L'inflation augmentée de 2%. Ce qui me permet de les dépasser tous les ans depuis que je fais personnellement mon suivi de placements : 2012 : 5,64% - 2013 : 6,07% - 2014 : 3,65% (a confirmer).

J'utilise avec assiduité le site de John, car depuis que la bourse est de plus en plus déconnecteé de l'économie réelle, les petits épargnants ont aussi besoin d'un support algorithmique qui permet de repérer la tendance du marché : une boussole en quelque sorte.
Je ne fais pas forcément tous les arbitrages, en revanche je consulte le site chaque fois que j'envisage un arbitrage.

Mes assurances-vie, sont actuellement à 18,33% en UC. Je m'interdit de placer plus de 30% sur les UC.

J'envisage l'ouverture de 2 nouvelles assurances-vie : une pour diminuer mes frais de gestion sur UC (linxea spirit) et une autre pour accéder à des SCPI de rendement (frontière efficiente) de qualité.

La multiplication des contrats chez différents assureurs dilue mon risque de défaut en cas de problème de solvabilité.

Actuellement : Le Conservateur, Boursorama (Générali), Groupama, Afer et Macif (Livret €).

Je continue de vous lire avec attention et vous présente à tous mes meilleurs vœux pour l'année 2015.
MERCI

Repost 0
Publié par Arnaud
commenter cet article

Présentation

  • : Réussir ses investissements
  • Réussir ses investissements
  • : Gérer son argent, investir son épargne en bourse, dans les placements financiers, l'immobilier, devenir rentier, avoir la liberté financière, voyager, passer ses journées dans un hamac... ce blog est fait pour vous. Vous y saurez quand entrer et sortir des marchés, et sur quoi investir.Et n'oubliez pas: rien ne sert de courir, telle la tortue il faut partir à point.
  • Contact

Thèmes du blog

Les articles du blog portent sur l'argent, le patrimoine, la finance, les techniques pour investir, la psychologie de l'investisseur, la méthode algorithmique appliquée sur le site lié topinvest95.free.fr

Recherche